LE HUB - Tetra Pak - Les enjeux du processing au packaging pour les professionnels de l'industrie agro-alimentaire Tetra Pak Accueil LE HUB - Tetra Pak

Industrie

L’usine de demain, quelle orientation ?

13 décembre 2013

L'usine de demain, quelle orientation ?

Pierre Gattaz, Président du Medef, et Marc Giget, expert en stratégie d’entreprises, livrent les clefs de ce que sera l’usine de demain. Pour ces spécialistes, il y a d’abord urgence à réhabiliter l’image des usines.

«  L’usine de demain sera périurbaine, respectueuse de l’environnement et des hommes avec de la robotisation et de l’automatisation pour les soulager des tâches pénibles. L’évolution dans son organisation et les progrès technologiques provoqueront une mutation vers des outils de production plus souples avec moins de personnes en production directe. Et donc un coût des salaires moindre à l’unité produite  ». Marc Giget, Président de l’Institut européen de stratégies créatives et d’innovation, est formel : rapidité, agilité, flexibilité et customisation seront les grands principes de production de demain. Un avis largement partagé par Pierre Gattaz, actuel Président du Medef. Pour ce dernier, l’usine de demain devra aussi concilier davantage l’économie et l’humain. Et le lean management est à cet égard un outil fantastique pour motiver les salariés.

Inclure les fournisseurs pour maîtriser les délais et les flux

L’usine de demain aura donc besoin d’imaginer en permanence le management qui la rendra efficace et performante. « Le comportement des hommes qui conduisent les changements est l’un des challenges majeurs auxquels sont confrontés les décideurs », insiste Pierre Gattaz. Chaque ingénieur, chaque opérateur devra ainsi se sentir « propriétaire » de son poste. Il faudra aussi inclure davantage les fournisseurs pour mieux maîtriser les délais et les flux. L’apport de valeur ajoutée est primordial.

« Les usines « low cost » n’ont pas d’avenir dans les pays développés. L’usine doit créer de la valeur ajoutée pour qu’un cercle vertueux permette d’investir dans l’innovation et la formation et ainsi de créer de nouvelles richesses. C’est sur ce modèle que fonctionnent déjà les industries qui réussissent aujourd’hui », souligne le Président du Medef.

80 % de la R&D est faite par l’industrie

Pour créer cette valeur ajoutée, la créativité et la recherche seront au cœur des préoccupations de demain. « Sans usine, il n’y a ni recherche ni innovation. 80 % de la R&D est faite par l’industrie. Avoir les meilleurs ingénieurs et les meilleurs bureaux d’études permet de construire l’avenir », rappelle Marc Giget. L’usine de demain ne s’inscrit en effet pas en rupture avec celle d’aujourd’hui. Car voilà, dans l’industrie, le futur ne dure pas longtemps. « Toute la difficulté est à chaque fois de se fixer des cibles ambitieuses mais atteignables », explique le spécialiste en stratégie d’entreprises. Les deux hommes pointent du doigt une réalité : il n’y a pas de pays développés forts sans industrie en bonne santé et donc sans usines. L’Allemagne le montre assez !

Ce constat étant fait, il faut réhabiliter l’image de l’usine. «  La vision des usines qu’ont aujourd’hui en France les gens qui n’y travaillent pas est souvent floue et entachée d’a priori issus du passé », regrette Marc Giget. Or l’industrie souffre comme l’atteste l’avalanche de plans sociaux. L’emploi industriel doit vite redevenir une priorité nationale.

Philippe Mathieu © AdC

Plus d’informations, plus d’innovations, plus de services, contactez nous