LE HUB - Tetra Pak - Les enjeux du processing au packaging pour les professionnels de l'industrie agro-alimentaire Tetra Pak Accueil LE HUB - Tetra Pak

Environnement

Des emballages de Tetra Pak au mobilier urbain : le cercle vertueux d’URBAN’EXT !

15 avril 2014

Des emballages de Tetra Pak au mobilier urbain : le cercle vertueux d'URBAN'EXT !

Le modèle de production majoritaire actuel est basé sur une logique d’économie linéaire, dans laquelle on extrait des matières premières, on fabrique, on consomme et on jette… Mais certains entrepreneurs innovants font le pari de l’économie circulaire. Le principe ? Les déchets des uns sont valorisables et constituent des ressources précieuses pour d’autres.
Illustration très concrète avec Urban’Ext qui transforme les emballages alimentaires de
Tetra Pak® en mobilier urbain…

Une idée originale et un projet innovant développé en deux ans

Quel est le point commun entre une poubelle, une table de pique-nique, une fontaine publique, un banc et un pot de fleurs ? Ils sont tous fabriqués à partir de briques alimentaires par la société française Urban’Ext, basée à Montmorillon dans la Vienne.

C’est dans l’esprit de son dirigeant, Manuel Chevreuil, menuisier de formation et déjà à la tête de Techni Concept Habitat, une petite entreprise de décoration et d’agencement, que cette idée originale a germé… « Tout est parti d’un client qui m’a demandé de lui trouver un piquet imputrescible. J’ai fait des recherches sur Internet et je suis tombé sur le site de l’entreprise berrichonne Traidib capable d’usiner des matières issues du recyclage des briques alimentaires. J’ai été emballé ! », explique l’entrepreneur.

A partir de ce moment, Manuel Chevreuil n’aura de cesse de réfléchir à d’autres débouchés, d’autres produits fabriqués à partir du Traid®, c’est-à-dire le mélange de polyéthylène et d’aluminium séparé du carton après pulpage des briques alimentaires. Mais au préalable, il a fallu apprivoiser la matière livrée en grandes barres de 1,80 m pour 18 kilos. « Ça ne se coupe pas comme un morceau de bois ou de plastique, prévient l’entrepreneur. Nous avons dû adapter nos outils de menuiserie traditionnelle et même investir dans une nouvelle machine ». Au final, deux ans et quelques tâtonnements plus tard, le principe est rôdé et la gamme dessinée par Manuel Chevreuil sort des entrepôts en septembre 2013.

Un matériau de première qualité, aux nombreux atouts

« En France, l’idée que les matériaux recyclés sont peu qualitatifs est malheureusement encore assez répandue », regrette Manuel Chevreuil. « Or, Urban’Ext prouve ici tout l’inverse : solide et résistant, écologique, imputrescible, ignifuge, notre mobilier urbain est de première qualité et dispose de sérieux atouts  », s’enthousiasme le dirigeant. Ne nécessitant aucun entretien, ce mobilier à la longévité exceptionnelle a en effet, déjà su séduire une quarantaine de communes françaises et équipe notamment des espaces détente dans la Vienne. Autre qualité non négligeable : un seul type de peinture très spécifique adhère à la matière, « ce qui est très appréciable pour lutter contre les graffitis, un fléau dans de nombreuses municipalités », explique Manuel Chevreuil. Avec son aspect bois patiné et ses reflets vert amande, le mobilier Urban’Ext s’inscrit également parfaitement dans la tendance actuelle. Autant d’arguments qui expliquent comment la petite entreprise a su convaincre le jury du concours Créa’Viennne qui récompense les projets les plus innovants du département.

Des perspectives de développement très prometteuses

Aujourd’hui en France, 45 % des briques alimentaires sont recyclées, ce qui laisse de belles perspectives à Urban’Ext. Si en 2013, l’entreprise a déjà utilisé 110 tonnes de leur polyéthylène et aluminium, les entrepôts de 4500 mètres carrés, utilisés à seulement 30 % de leur capacité reflètent bien ses ambitions !

Pour 2014, Manuel Chevreuil vise en effet 800 000 euros de CA et envisage, d’ici à cinq ans, d’embaucher une quarantaine de personnes (contre actuellement 5 salariés et 2 stagiaires ). Pour assurer son développement, le gérant compte sur les contacts pris lors du Salon des Maires et sur un partenariat avec Tetra Pak pour la promotion de ses produits, mais s’appuie également sur les nombreuses demandes en provenance de la Suisse et la Belgique. « L’exportation est également à l’étude pour une vingtaine de pays », précise-t-il. Il semble bien que le cercle vertueux d’Urban’Ext soit sans limites…« Tous les jours, on découvre de nouvelles possibilités et de nouveaux débouchés avec cette matière. Et cela implique aussi la création de nouveaux métiers dans un avenir proche », s’enthousiasme l’entrepreneur. Il confie, par exemple, que de nombreux projets encore confidentiels sont à l’étude, dont l’un des plus aboutis est lié à la construction.

C’est certain, Urban’Ext s’annonce comme une success story à suivre de très près, et démontre avec brio que l’économie circulaire est non seulement source d’innovation mais aussi moteur d’avenir !

Propos recueillis par Carole Forestier

Plus d’informations, plus d’innovations, plus de services, contactez nous