LE HUB - Tetra Pak - Les enjeux du processing au packaging pour les professionnels de l'industrie agro-alimentaire Tetra Pak Accueil LE HUB - Tetra Pak

Consommation

Préservons le petit-déjeuner à la française !

27 mars 2015

défense ; petit déjeuner ; français

Les Français sautent de plus en plus le petit-déjeuner. Face à ce constat, les professionnels du secteur se mobilisent. A l’instar d’Unijus et Syndilait qui entendent bien réhabiliter ce moment clé de l’alimentation française.

Menace sur un repas indispensable

Après une nuit de jeûne nocturne, le petit-déjeuner permet de recharger ses batteries et de démarrer sa journée dans de bonnes conditions, aussi bien sur le plan physique qu’intellectuel. Il participe au bon déroulement de la matinée, en favorisant la concentration et la mémorisation, indispensables notamment à l’apprentissage chez les enfants. Or, il n’a jamais été autant délaissé. Pour preuve, l’enquête du CREDOC* sur les Comportements et Consommations Alimentaires en France (CCAF 2013), qui met en évidence une dégradation généralisée de la prise quotidienne du petit-déjeuner, sauté au moins une fois par semaine par 29 % des enfants et 21 % des adultes. Un déclin d’autant plus problématique que le petit-déjeuner conditionne la suite de la journée.

Au cœur de l’équilibre nutritionnel

« La difficulté, explique Dominique Poisson, ingénieur agronome nutritionniste**, est que l’on ne prend plus le temps. Or, il y a un cercle vertueux dans la prise des repas : le petit-déjeuner équilibre le déjeuner qui équilibre à son tour le dîner. Si on fait l’impasse sur le premier, cela engendre des grignotages la journée et un dîner trop copieux. Cela fragilise d’autant le sommeil et engendre un réveil difficile ».

Pour être complet, le petit-déjeuner doit couvrir un quart des besoins nutritionnels de la journée. Il se compose idéalement d’une boisson chaude, d’un produit céréalier, d’un produit laitier, d’un fruit ou d’un jus de fruits***. « Je conseille de multiplier les sources d’apports nutritionnels, pour une alimentation variée et équilibrée, souligne Dominique Poisson. C’est une occasion privilégiée pour prendre du lait et des produits laitiers, les meilleurs vecteurs de calcium, de surcroît peu onéreux. Les jus de fruits apportent, quant à eux, des vitamines et sont énergétiques ».

Une mission de santé publique

Face au déclin du petit-déjeuner à la française et à ses conséquences en matière de santé publique, les professionnels concernés - jus de fruits, lait, pain et confitures – sont mobilisés. Ils ont ainsi appelé acteurs publics et privés à s’engager à travers la signature de leur manifeste en faveur de la promotion du « petit-déjeuner à la française ».

Thomas Gauthier, secrétaire général d’Unijus (Union Nationale Interprofessionnelle des Jus de Fruits) à l’initiative de ce mouvement, argumente : « Le petit-déjeuner apporte des produits laitiers et fruitiers qui disparaissent souvent des repas suivants et qui sont, concernant les jus de fruits, la première source de vitamines pour les enfants. Nous souhaitons que l’Etat fasse du petit-déjeuner une priorité des programmes nationaux de santé publique et de nutrition, en particulier dans le Programme National Nutrition Santé (PNNS) et dans le parcours éducatif de santé à l’école. Aux niveaux territorial et local, avec les associations caritatives et les collectivités, nous voulons lancer des initiatives d’information auprès des publics prioritaires : les plus jeunes et les populations défavorisées ».

 

 

Même son de cloche chez Syndilait, syndicat des fabricants français de lait de consommation, représenté par Anne-Sophie Royant, sa secrétaire générale. « Dès le départ, nous nous sommes associés à cette démarche, car notre produit est consommé à 70 % au petit-déjeuner. Le lait est un aliment phare de notre alimentation, qui contribue à assurer les besoins nutritionnels de tous, en particulier en calcium. Au petit-déjeuner, il permet d’apporter 25 % des besoins quotidiens. »

Au-delà de la menace qui pèse sur le modèle alimentaire « à la française » et sur un moment particulièrement privilégié pour les échanges en famille, il s’agit pour les industriels de repenser leurs offres produits pour ramener les consommateurs autour de la table du petit-déjeuner.

Véronique Olivier © AdC

* Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie
** Conseil et formation en nutrition chez Novéquilibres : www.novequilibres.fr
*** PNNS

Plus d’informations, plus d’innovations, plus de services, contactez nous