LE HUB - Tetra Pak - Les enjeux du processing au packaging pour les professionnels de l'industrie agro-alimentaire Tetra Pak Accueil LE HUB - Tetra Pak

Consommation

« L’emballage est à l’aube de profondes mutations »

16 décembre 2013

« L'emballage est à l'aube de profondes mutations »

Eco-conception, utilisation de ressources renouvelables et de matières recyclées… L’emballage ne cesse d’évoluer. Henri Saporta, Rédacteur en Chef d’Emballages Magazine et contributeur du livre blanc « Tendances Packaging » du Geppia, revient pour LE HUB sur les principaux enjeux de l’emballage de demain.

Quels seront les enjeux de l’emballage en 2014 et quels sont les grands enseignements de « Tendances Packaging » publié par le GEPPIA (1) ?

Henri Saporta : « Tendances Packaging », qui regroupe des tribunes d’experts de tout secteur, confirme que l’emballage de demain doit impérativement devenir vertueux et sain. Bien sûr, l’éco-conception, l’allègement, la réduction à la source mais aussi la reformulation des contenus ou encore l’utilisation de matières recyclées et de ressources renouvelables sont désormais des pratiques bien ancrées en Europe et aux Etats-Unis. Mais l’emballage est à l’aube de mutations encore plus profondes. Il doit évoluer avec des contraintes qui s’opposent. Il doit concilier les évolutions des comportements de consommation, les différents modes de distribution, les contraintes économiques et l’environnement. Concrètement, l’emballage doit être très performant en termes de protection du produit et de services tout en restant très économique.

Quels sont, selon vous, les tendances de consommation qui pourraient avoir une incidence sur le secteur de l’emballage ?

Henri Saporta : Nous observons un raccourcissement spectaculaire des tailles de séries sous l’effet conjugué de l’hyper segmentation mais aussi de la personnalisation, de la saisonnalité et des promotions massives. Les marques devront de plus en plus s’adresser à des groupes de consommateurs, voire même à un seul individu. Tout en s’engageant vers des emballages intelligents. C’est pourquoi l’impression numérique et les technologies de l’électronique imprimée vont prendre une place croissante. Toutes ces tendances s’accompagnent également de la montée en puissance du e-commerce. Pour les industriels, cela implique d’être capables de s’adapter en permanence aux cycles de consommation et aux séries de plus en plus courtes tout en maintenant des prix compatibles avec le marché.

Face à ces tendances, quel rôle peut jouer l’emballage ?

Henri Saporta  : Dans cette évolution, les fonctions principales de l’emballage restent la conservation et la protection du contenu que ce soit en alimentaire, en DPH (2) ou dans n’importe quel autre secteur. Les fonctions de communication et d’information du consommateur peuvent en revanche connaître de fortes évolutions. Grâce notamment aux nouvelles technologies tels que le QR Code et, d’une façon plus générale, à l’internet des objets qui permettront à chaque produit de communiquer et de donner des informations. L’emballage de demain devra, en outre, s’adapter à tous les circuits de distribution et à toutes les attentes en termes d’informations. Le développement de matériaux intelligents qui peuvent donner des informations aux consommateurs va dans ce sens. Reste un point essentiel : la révolution logistique. L’emballage et les unités d’emballage doivent aujourd’hui intégrer le mouvement de la mutualisation des flux pour réduire le nombre de camions sur les routes et diminuer les distances de transport à la fois d’un emballage vide et du produit fini. Avec le e-commerce, c’est au contraire la maîtrise du dernier kilomètre qui constitue le nouvel enjeu. Toutes ces tendances sont en partie intégrées par les fournisseurs et les marques. Elles auront des implications directes sur les emballages. Elles engendreront notamment des changements de volume, de forme et une meilleure conception de la solution d’emballage, de l’unité de vente consommateur (UVC) à la palette.

On ne peut plus parler d’emballage sans parler d’environnement. Comment voyez-vous l’emballage de demain sur cet aspect ?

Henri Saporta : C’est un fait, l’emballage doit contribuer à la préservation de l’environnement et de la santé des consommateurs. En matière d’environnement, le développement des ressources renouvelables, telles que le bois qui permet de fabriquer, par exemple, le carton des briques, et l’utilisation de matériaux recyclés sont de vraies tendances de fond. L’emballage est aujourd’hui pleinement engagé dans l’économie circulaire. Sur le plan de la production, les tendances lourdes sont l’éco-conception des équipements, la réduction des consommations d’énergie et des différents impacts sur l’environnement.

Quel produit, selon vous, symbolise l’emballage idéal ?

Henri Saporta  : Unilever lancera en France en 2014 de nouveaux déodorants en aérosol dits compressés. C’est une vraie révolution ! Il y a deux fois moins de gaz propulseur… Ces produits méritent une attention particulière. L’enjeu pour Unilever est de faire comprendre aux consommateurs qu’un aérosol deux fois plus petit qu’un aérosol traditionnel a exactement la même valeur d’usage. Ce lancement est une démonstration des possibilités de réduction à la source par la reformulation. Une campagne de communication massive va d’ailleurs accompagner ce lancement. C’est une véritable rupture sur ce marché que le consommateur doit intégrer.

Toutes les tendances que vous relevez valent pour l’Europe et les Etats-Unis. Qu’en est-il des marchés émergents ?

Henri Saporta : On peut, en effet, aujourd’hui considérer qu’il y a deux grands marchés distincts. D’une part, les marchés matures tels que l’Europe et les Etats-Unis, largement tournés vers l’optimisation, la réduction à la source, la sécurité sanitaire et la relation avec le consommateur. D’autre part, les pays émergents où les solutions d’emballage apparaissent comme une condition indispensable pour faire face à l’urbanisation galopante de ces zones géographiques. L’emballage reste plus que jamais la vraie solution pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Ava Eschwège © AdC

(1)  : Groupement des Equipementiers du Process et du Packaging
(2)  : Droguerie Parfumerie Hygiène

Pour aller plus loin :
Téléchargez le livre blanc de « Tendances Packaging » du GEPPIA

Plus d’informations, plus d’innovations, plus de services, contactez nous